Migraine : les triptans

Sommaire

 

Les triptans sont des médicaments assez récents (années 1990), très efficaces contre les crises de migraine. Contrairement aux médicaments anti-douleurs, les autres médicaments proposés en cas de crise, les triptans agissent directement sur le phénomène de dilatation des vaisseaux.

Ils sont disponibles sur ordonnance.

  • En 2021, six triptans différents existent sur le marché (almotriptan, élétriptan, frovatriptan, naratriptan, rizatriptan, sumatriptan).
  • Ils sont tous différents : il est parfois nécessaire d'en essayer plusieurs avant d'en trouver un qui soit efficace.

Les triptans en pratique

Les triptans sont recommandés si l'anti-douleur n'a pas été efficace.

Cela étant, si au bout de plusieurs crises, vous constatez que les anti-douleurs ne font jamais effet mais que les triptans sont toujours efficaces, vous pouvez alors prendre directement un triptan. Votre médecin vous expliquera la stratégie à adopter.

Les triptans sont à prendre le plus tôt possible, dès le début des maux de tête.

Dans la migraine avec aura, un AINS (ibuprofène ou kétoprofène notamment) sera pris pendant l'aura et le triptan au moment de la céphalée.

Les différents triptans contre la migraine

Il existe six triptans différents, existant sous des formes galéniques variées :

  • Comprimé.
  • Comprimé lyoc ou orodispersible (se dissolvant dans la bouche pour un effet plus rapide).
  • Spray nasal ou même suppositoire, pratiques en cas de vomissements.
Triptans migraine
Nom Type Pour qui ?
Sumatriptan Comprimé, voie sous-cutanée ou spray nasal Adulte et enfant de plus de 12 ans
Élétriptan Comprimé Adulte
Almotriptan Comprimé Adulte
Frovatriptan Comprimé Adulte
Naratriptan Comprimé Adulte
Rizatriptan Comprimé Adulte

Il est conseillé d'essayer un triptan pendant 3 ou 4 crises avant de voir s'il est efficace et d'éventuellement en changer (toujours avec l'avis du médecin).

Contre-indications des triptans

Comme les triptans ont une action sur les vaisseaux sanguins, ils sont contre-indiqués en cas de risque cardiovasculaire (antécédent d'infarctus du myocarde ou d'accident vasculaire cérébral, hypertension artérielle...).

Par ailleurs, certains triptans entraînent une somnolence ou des troubles digestifs.

Il ne faut pas associer un triptan et un dérivé de l'ergot de seigle sous peine de voir se cumuler l'effet de constriction des vaisseaux.

Si les crises sont trop fréquentes ou trop intenses, il peut être également nécessaire de suivre un traitement de fond.

Dans cette optique, et pour les patients qui présentent des contre-indications aux triptans, de nouveaux médicaments existent : les anticorps monoclonaux antagonistes du récepteur du CGRP (le calcitonin gene-related peptide est un neurotransmetteur qui provoque une inflammation autour des artères méningées et on le retrouve en excès chez les migraineux). Il en existe trois : deux sous forme sous-cutanée, le galcanézumab (Emgality® 245 euros l’injection chaque mois), et le frémanezumab (Alovy® 270 euros par mois) et un sous forme intraveineuse l'eptinezumab (Viepti® 540 euros tous les trois mois).

Très efficaces, les anti-CGRP réduisent de moitié ou même des trois quarts l’onde de crise et elles sont moins intenses et réagissent mieux aux traitements. Mais ces traitements de fond ne sont pas remboursés en France, déplore le Dr Christian Lucas, neurologue, chef de service au Centre d’étude et de traitement de la douleur au CHU de Lille, et président de la Société française d'étude des migraines et céphalées (SFEMC).

Bon à savoir : les gépans, sous forme de comprimés, sont des antagonistes du récepteur du CGRP utilisables en traitement de crise chez les personnes subissant les effets secondaires des triptans mais pas remboursés eux non plus.

Ces pros peuvent vous aider